Votre navigateur est obsolète et ne pourra probablement pas vous rendre la meilleure expérience.
Mettre à jour son navigateur vous permettra de profiter des toutes dernières technologies sur le web.

Recherche

Notre histoire commence en 1964 par la volonté d’un homme, Eddy Cambier.

Elle se développe ensuite dans les caves d’un hôpital et continuera à évoluer jusqu’à l’entreprise florissante d’aujourd’hui employant plus de 250 travailleurs et qui a réussi à traverser les années en suivant l’évolution économique, technologique et géopolitique de notre monde.

Voici notre PETITE histoire au travers de LA GRANDE Histoire

1964

Un homme, des besoins économiques, des valeurs et des envies de viser la lune

histoire1

Les années 60 avaient amené l’homme à marcher sur la Lune en 1969, c’est dire si elles étaient propices au lancement de nouvelles aventures.
D’une autre manière, un demi-million de personnes rêvaient d’un autre monde lors du Festival de Woodstock sur des sons folk, rock et blues.
C’était aussi les débuts de certaines prises de conscience : la voiture et, plus généralement les transports, se développaient mais dans le même temps, le mouvement écologiste débutait avec des interrogations sur les pesticides.
Une décennie à la croisée des prises de conscience, du développement économique, de l’innovation et des envies de changer le monde.C’était aussi la période des Trentes Glorieuses durant laquelle les pays industrialisés ont connu une belle croissance et l’amélioration de la qualité de vie.  Voici donc une décennie qui devait donner envie de débuter une histoire tout en tenant compte des développements économiques et sociaux.

Eddy Cambier avait eu l’idée de cette entreprise en 1964. Il était à l’époque président du Rotary de Charleroi et souhaitait concrétiser un projet à caractère économique et social destiné aux handicapés mentaux. Le 25 novembre 1964 avait été créé à Charleroi une Association pour la Création d’Ateliers Protégés dans la Région de Charleroi. Il s’agissait d’une initiative des divers Services Clubs de la région et de personnalités du monde judiciaire et médical.

histoire9

Le constat était double :

Economique : les entreprises avaient besoin de certains services en sous-traitance et elles ne trouvaient pas la main d’œuvre nécessaire car elle manquait;

Social : les personnes handicapées étaient exclues du marché du travail. Pourtant, avec un encadrement de qualité, elles pouvaient effectuer certaines tâches utiles aux entreprises.

Economique: la Belgique est en manque de main d’oeuvre et doit relancer son économie

En Belgique, les espoirs reposaient sur l’industrie charbonnière qui devait trouver de la main d’œuvre. C’est ainsi que FEDECHAR organisait l’arrivée massive de travailleurs italiens dès 1946.

Outre la pénibilité du travail quotidien et le peu d’avantages sociaux, de nombreuses vies humaines ont été perdues du côté italien : des centaines de morts, des milliers d’invalides, des maladies,….  « Des sacs de charbon en échange des vies » : si cette phrase  peut sembler ironique aujourd’hui, elle était pourtant une réalité. L’Italie recevait du charbon pour chaque travailleur envoyé en Belgique.

En août 1956, l’Italie suspendait l’envoi de travailleurs suite à la catastrophe de Marcinelle qui avait causé la mort de 262 mineurs dont 136 italiens.  La Belgique avait alors continué à chercher de la main d’œuvre pour ce travail difficile et dans des conditions médiocres en étendant ses accords avec des pays du bassin méditerranéen notamment.  Il y avait donc trop peu de travailleurs par rapport aux besoins en main d’œuvre d’une croissance soutenue au début des années 60.

SOCIAL : Des personnes handicapées exclues du monde du travail

Les personnes handicapées étaient exclues du monde du travail et avaient peu de structures pouvant s’occuper de leurs problèmes. Aucune politique n’était mise en place pour les soutenir mise à part des établissements d’enseignement spécialisé pour les enfants.

Pourtant, nous étions en période de manque de main d’œuvre et il était possible de leur permettre d’avoir un travail à leur portée et permettre différentes avancées: se former, se sentir utile, avoir un revenu, s’épanouir,….Soutenus par le système de subsidiation en vigueur à l’époque, nous n’avions pas pour priorité la rentabilité économique mais bien la mission sociale.En 1966, 6 travailleurs handicapés étaient engagés.

Les décennies suivantes nous amèneront à de profonds changements puisque le monde continuera de changer….

1972

Un nouveau regard sur l’économie : inauguration de Atelier Cambier

histoire2

L’inauguration de l’Atelier Cambier a eu lieu en 1972 suite à une demande bien présente en provenance des entreprises du zoning de Jumet.  L’entreprise comptait alors 65 travailleurs.

Le coût des nouveaux locaux dans le zoning industriel de Jumet a été financé partiellement par le Fonds National de Reclassement Social des Handicapés et la Province du Hainaut. La partie non subsidiée a été constituée par un don de l’opération 48.81.00 et de la Loterie Nationale mais aussi par une vaste opération menée par les Services Clubs de la région et de nombreux dons de personnes soucieuses d’apporter leur participation à l’amélioration du sort des personnes handicapées.

Les années 70 marquaient cependant la fin des Trentes Glorieuses et une période difficile économiquement : premier choc pétrolier, idées libérales, nouvelles préoccupations liées à la qualité de vie, augmentation des salaires, hausse du chômage, baisse de la productivité,…

La recherche de maximisation du rendement avait amené de nombreuses entreprises à ne plus sous-traiter certaines tâches pouvant être accomplies en interne. Puisque les Ateliers protégés effectuaient des tâches le plus souvent manuelles et pouvant être réalisées avec peu de compétences, ils étaient ceux qui perdaient le plus de clients.

Cette période difficile fut une remise en question, un appel pour trouver des nouveaux clients et une sensibilisation des différents acteurs de l’économie et de l’emploi à l’importance du maintien de l’emploi pour les personnes handicapées…

1983

Toujours plus grand…

histoire3D’un point de vue économique, la décennie se situait entre la crise des années 70 et la transition vers la révolution numérique et la mondialisation qui s’annonçait déjà pour les années 90 : un autre choc pétrolier, le miracle économique du Japon (technologie et automobile) qui influençait l’Asie, le début de la chute des régimes communistes en Europe de l’Est et les manifestations de Berlin- Est qui précédaient la chute du Mur,… Le paysage politique était marqué par des personnages forts qui sont restés dans les têtes : Margaret Thatcher, Ronald Reagan, François Mitterrand,…

Les années 80 étaient également prolifiques d’un point de vue culturel puisque encore aujourd’hui les expositions ou soirées dédiées à l’époque génèrent un engouement délirant.

Pour nous, résumons au travers de 3 titres d’articles de journaux de l’époque particulièrement évocateurs : « Une remarquable réussite » (Le Journal de Charleroi, 16/11/1983), « L’atelier protégé Eddy Cambier n’a cessé depuis 15 ans de croître et de s’embellir » (Le Rappel, 18/11/1983) ou encore « Du travail convenable à un prix convenable » (La Nouvelle Gazette, 21/11/1983).  Nous avions alors 120 travailleurs, un espace de 3.000 m², un personnel motivé et une envie de toujours en faire plus.  Par exemple, chaque mois, 250.000 envois étaient déposés à la Poste, un de nos principaux services à l’époque.

Nous pouvons dire que les missions sociales et économiques étaient remplies : répondre aux besoins de sous-traitance des entreprises et mettre au travail (et plus) des personnes exclues auparavant.

Nous étions déjà conscients à cette époque de la nécessité de rester attentifs aux perspectives des secteurs de l’électronique et qu’il ne fallait jamais refuser un service mais toujours tenter de répondre à la demande.

Mais les années 90 arrivaient et avec elles des changements fondamentaux pour tous et dans tous les domaines…

1990

Un monde qui a changé et qui ne cesse D’ÉVOLUER…

histoire4Au 1er janvier 1990, nombreux sont ceux qui ont dit cette phrase : « Le monde a changé…».

De 1990 à 1999, les changements géopolitiques, économiques, technologiques et culturels allaient être bouleversants et nous permettaient de percevoir déjà le monde des années 2000.Des événements historiques : les images de la chute du Mur de Berlin et des familles se retrouvant étaient diffusées en boucle, l’Allemagne se réunifiait, c’était aussi la fin de la Guerre froide et du bloc soviétique…

Des nouveaux défis se profilaient déjà clairement pour les générations futures : l’environnement (protocole de Kyoto) et une économie mondialisée et donc, extrêmement concurrentielle.

D’un point de vue culturel, la mode et la musique se suivaient parfois au travers de nouveaux courants tels que le grunge ou l’âge d’or du rap avec des stars qui disparaissaient durant la même décennie de manière tragique (de Kurt Cobain à 2PAC).

Mais un élément fondamental avait bouleversé les années 90: la révolution numérique.

Nous assistions au développement d’internet et des ordinateurs pour un usage privé, les adolescents jouaient aux jeux vidéo et bientôt le téléphone portable allait être un produit banal du quotidien.  Ces développements qui, aujourd’hui, sont ancrés dans nos vies étaient à l’époque des révolutions qui allaient profondément modifier notre façon de communiquer mais également accélérer la circulation des informations, accroître le besoin d’innovation et rendre tous les clients plus exigeants.

Nous sommes alors confrontés à 4 enjeux majeurs qui sont toujours d’actualités :

  • Un nouvel ordre mondial au sein d’une nouvelle économie mondialisée ;
  • Une recherche constante d’innovation ;
  • Une efficacité maximale pour les entreprises dans un univers extrêmement concurrentiel ;
  • Une clientèle informée et qui a de plus en plus de choix.

Pour s’adapter à cette époque, les résultats économiques devaient prendre le dessus dans la réflexion.  Les services que nous proposions étaient des plus indispensables puisque les entreprises avaient des besoins de différenciation par rapport à la concurrence et préféraient sous-traiter certaines tâches pour gagner en temps et efficacité sur des nouveaux enjeux.

Des nombreuses starts-up se lançaient car nous assistions également à une différenciation de la clientèle potentielle avec les nouvelles technologies et donc les nouveaux besoins.

L’un des faits les plus marquants, en ce qui nous concerne, allait être le passage du statut d’Atelier Protégé à celui d’Entreprise de Travail Adapté.

Nous avons failli oublier, il y avait aussi les Spice Girls : Girl Power !

1996

Une combinaison gagnante du social et de l’économie via un nouveau statut : Entreprise de travail Adapté


histoire5Les années 1995 et 1996 ont été des années charnières pour notre entreprise : nouveau directeur, nouveau statut,… Nous ne sommes plus, à partir de 1996, un Atelier Protégé mais une Entreprise de Travail Adapté.  Avec cette nouvelle appellation de « Entreprise », l’importance du résultat économique arrivait sur le devant de la scène.

A partir de cette année-là et des années qui suivront jusqu’à nos jours, nous nous sommes efforcés de mettre en place une stratégie au sein de laquelle les résultats économiques et sociaux peuvent s’enchaîner de la plus belle des manières possibles.

Nous avons eu à cœur de développer une culture d’entreprise où chacun peut travailler sereinement dans un cadre épanouissant et agréable.  Mais au travers de formations, remises en question, investissements et travaux de groupe, nous avons réussi le pari d’être économiquement performant en plus de respecter notre engagement social.  Et nous avons encore investi dans un nouveau bâtiment.

2000

Années des folles rumeurs, des réseaux sociaux et du retour de la croissance!

histoire6Vous vous souvenez des rumeurs les plus folles qui circulaient juste avant le passage à l’an 2000 ?Les maya avaient prédit la fin du monde, le passage à l’an 2000 devait provoquer tôt ou tard un « bug de l’an 2000 » notamment au niveau des systèmes informatiques,… et de nombreuses autres histoires !

Certains vous diront que nous entamions alors l’ère des réseaux sociaux, des rumeurs, de la rapidité de circulation des informations et de la fin de la vie privée…

histoire8

Nous n’avions pas cru à la fin du monde et au dérèglement mondial. Bien au contraire, fruit de notre optimisme et, tout de même, un intense travail de réflexion et de remise en question sur la combinaison économique-sociale, nous avons retrouvé la croissance en 2001 et les années suivantes.  Comment dire cela dans un langage compréhensible : «On like et on follow les news! »

Voici quelques photos de nos investissements : bâtiments, machines, véhicules,…

Nous sommes aussi une entreprise qui n’a pas peur de prendre des risques pour avancer !

Aujourd’hui et demain, notre route continue…

Notre entreprise compte plus de 250 travailleurs.  De nouveaux investissements en machines et bâtiments ont été réalisés et seront réalisés encore.  La capacité de stockage actuelle est de 5.000 m².   Notre gage de qualité est la satisfaction de nos clients.

Sur le plan social, nous poursuivons notre mission d’intégration par le travail de personnes qui ont eu un accident de parcours..

La culture d’entreprise est et restera une de nos forces : toujours combiner les résultats économiques à la mission sociale.

Et les rumeurs continuent de circuler sur le monde et l’entreprise de demain.  Certains annoncent déjà que des robots remplaceront les hommes un jour…. Si tel est le cas, nous trouverons les failles des robots pour proposer des nouveaux services.

Nous nous développons dans les nouvelles technologies et énergies alternatives aussi bien qu’au travers d’investissements et de formations. 

Toujours regarder en avant, innover, ne pas avoir peur d’investir, proposer le service manquant tout en tenant compte de l’évolution de la société et des attentes de ses acteurs : notre avenir est dans cette vision proactive liée à notre culture d’entreprise.

Atelier Cambier ASBL

L’Atelier Cambier, c’est 270 salariés formés et compétents qui mettent leur savoir-faire à disposition des TPE, PME, grandes entreprises ou associations dans les domaines suivants : expéditions postales, mise sous film, conditionnement, logistique et post impression.

  • P.A.E. de Jumet
    1ère Rue 14
    6040 Charleroi - Belgique
    Nous situer
  • TVA : BE 0401.571.189

Heures d'ouverture

Du lundi au vendredi de 8h00 à 12h00 et de 12h30 à 16h30.
En juillet et août de 7h15 à 15h30

Rejoignez-nous sur

Contactez-nous

  • +32(0)71/25.85.60
  • +32(0)71/34.52.00
  • [javascript protected email address]
© 2017 Atelier Cambier - Développé par Nouvelle Dimension